LE VILLAGE

Niché entre des coteaux verdoyants, ce village viticole a appartenu entre autres, au cours des âges, successivement à l’abbesse de Hohenbourg, les Eguisheim-Dabo, l’évêque de Strasbourg, et a connu les heurs et malheurs du temps. C’est au XVe et XVIe siècle un pèlerinage marial très fréquenté ainsi que le lieu de réunion de la confrérie des ménétriers. Le village abrite aussi un cimetière juif, le plus grand, et sans doute aussi, le plus ancien d’Alsace (1366).

 

LA PAROISSE

Rattachée à l’origine à celle de Sts Pierre-et-Paul de Rosheim, la paroisse devient autonome au XIIIe siècle. Elle disparaît à la suite des destructions infligées au XVe siècle par les Armagnacs puis devient une annexe de la paroisse Sts Pierre et Paul de Rosheim avant de retrouver son autonomie en 1802. A partir de 1996, ce sont successivement les curés de Bischoffsheim puis de Rosheim qui seront en charge de la paroisse. En 2003 Rosenwiller sera l’une des paroisses de la Communauté du Rosenmeer.

 

L’EGLISE NOTRE DAME DE L’ASSOMPTION

L’église de Rosenwiller est le seul édifice gothique du canton de Rosheim. Construite au XIVe siècle, elle connaît plusieurs remaniements au XVe, puis au XVIIe siècle avant de prendre sa forme actuelle en 1860. Parmi les éléments remarquables de cette église figurent : un portail d’entrée gothique avec une vierge à l’Enfant du XVe siècle, deux verrières datant de 1340 et dans le chœur, des peintures murales  du XIVe siècle, le maître-autel avec son retable et sa Vierge à l’Enfant ainsi que les deux autels latéraux. L’église est ouverte tous les jours entre 8h et 18h.

 

NOTRE DAME DE L’ASSOMPTION (fêtée le 15 août)

De nombreuses églises et cathédrales, souvent très anciennes, sont dédiées à la Vierge Marie « élevée corps et âme à la gloire du ciel ». C’est un signe éclatant de la foi en la résurrection et de l’espérance en la vie éternelle.

 

MOUVEMENTS ET SERVICES D’EGLISE

Sont présents et actifs : conseil de fabrique, chorale et organiste, lecteurs, catéchistes, Servants de Messe, sans compter les personnes œuvrant  dans la communauté.